Message d'état

Fonctionne en mode maintenance.

Croissance : ce que recommande le Medef

Croissance : ce que recommande le Medef. Pierre Gattaz était l’invité hier de RADIO CLASSIQUE pour présenter « Le Monde change, boostons la France ! », l’ouvrage paru hier présentant les propositions du Medef pour passer durablement le cap des 2% de croissance. Selon le président du Medef, « la croissance il faut aller la chercher, il ne faut pas la subir ». « Il y a des défis de croissance à relever : la mondialisation de l’économie, l’Europe, le numérique, le climat, l’environnement, l’entrep renariat, (…) et la France a les atouts pour le faire », assure-t-il.

Pierre Gattaz estime donc que « le pays doit être volontariste sur la croissance, et faire les réformes qui vont bien », parce que « qui crée la croissance ? Ce sont les entreprises, personne d’autre, et les entreprises elles ont besoin de quoi ? Eh bien qu’on continue les réformes, qui ont été engagées depuis 1 an », insiste-t-il. Revenant sur les dépenses publiques, le président du Medef estime qu’« on peut faire beaucoup mieux avec moins, et on peut le faire avec nos fonctionnaires, qui ont plein d’idées, de progrès, de productivité, d’efficacité, faisons confiance à nos fonctionnaires pour régler ces problèmes de simplification et de baisse des dépenses publiques ».

Interrogé sur les impôts de production, Pierre Gattaz a estimé « à une cinquantaine de milliards, d’euros, la différence d’impôt de production entre l’économie allemande et l’économie française, c’est énorme ». Mais on ne pourra baisser la fiscalité de production « que si on baisse les dépenses publiques » juge-t-il, « sujet majeur (…) pour baisser les impôts, pour améliorer le coût du travail, et pour retrouver de l’air, pour continuer d’améliorer les marges », affirme le président du Medef. Selon lui, « il faut dépolitiser le monde de l’économie, de l’entreprise, il faut dire que l’entreprise c’est celle qui crée de la richesse, pour le pays, c’est celle qui permet de payer nos fonctions régaliennes, de justice, de police, d’armée, de médecine, c’est celle qui crée de l’emploi, c’est celle qui crée la croissance, faisons confiance aux entreprises, et ce que je pense c’est que, nous sommes partis, depuis 1 an, dans cette direction ». « Il faut continuer, il faut accélérer, parce qu’on en a sous le pied, la France peut aller à 5 % du plein emploi, 8 %, ce serait un scandale de rester à 8 % de chômage », assure Pierre Gattaz. LES ECHOS du 6 juin (page 5).

Sujets similaires

Une baisse du chômage en demi-teinte

Une baisse du chômage en demi-teinte. Selon les statistiques publiées par le ministère du Travail mercredi, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité (catégorie A) a diminué de 0,9 % dans toute la France (- 32 100) pour s'établir à 3,7 millions de personnes entre janvier et mars, après une baisse de 0,7 % au quatrième trimestre 2017.  Et, bonne nouvelle, cette baisse de début d'année concerne toutes les classes d'âge y compris les jeunes et les seniors qui rencontrent généralement plus de difficultés à retrouver un emploi.

Les défaillances d'entreprises reviennent à leur niveau d'avant crise

Les défaillances d'entreprises reviennent à leur niveau d'avant crise. Sur le premier trimestre, 14.300 défaillances ont été ouvertes, soit une baisse de 8,7 % par rapport au même trimestre de 2017, selon les chiffres de la société Altares que LES ECHOS (page 3) publient en exclusivité. « Ce chiffre est meilleur que ce que nous attendions, commente Thierry Millon, directeur des études chez Altares. De 2009 à 2017, plus de 17.000 entreprises connaissaient une défaillance chaque premier trimestre.

CCI Lorraine

 24 mars 2016. Programmée cet après-midi (15 h) au siège du centre-ville de Nancy, l’assemblée générale de la CCI Lorraine se profile dans un climat passionnel, malgré sa dénomination d’« ordinaire ». Les nœuds juridico-politiques de ce dossier, depuis l’élection de la chambre régionale de commerce et d’industrie le 14 décembre dernier, n’ont cessé de gonfler, sur fond de différends entre départements, parfois, entre hommes, souvent.