Message d'état

Fonctionne en mode maintenance.

La baisse de l'impôt sur les sociétés devrait stimuler l'économie française

La baisse de l'impôt sur les sociétés devrait stimuler l'économie française. Un document gouvernemental envoyé à la Commission européenne   évalue les effets attendus des réformes fiscales menées (ISF, « flat tax » sur le capital, baisse de l’IS, fiscalité écologique et la suppression de la taxe d’habitation). Selon Paris, la réforme de la fiscalité du capital et la baisse de l’IS « pourraient rehausser l'activité de 3,3 points de PIB à long terme, pour 440.000 emplois créés ». À plus court terme, c'est-à-dire d'ici à 2025, la « montée en puissance progressive » des mesures alimenterait la croissance économique & agrave; hauteur de 1,6 point et créerait environ 260.000 emplois. Cette évaluation prend en compte l'effet contraire des hausses d'impôt (fiscalité carbone et taxes sur le tabac). De l'ordre de la moitié de ces effets, soit 1,5 point sur 3,3 points d'activité supplémentaire, serait due à la seule baisse du taux d'IS de 33,33 à 25 % d'ici à 2022, selon Bercy. LE FIGARO page 19.

Sujets similaires

Communication Medef du 21 septembre 2017

Code du travail : ce que disent les DRH de la réforme. Ce n'est ni « la révolution copernicienne » vantée par le gouvernement ni « la casse sociale » que dénoncent certains syndicats. Voilà le message qu'a fait passer mercredi le président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), Jean-Paul Charlez, en présentant un sondage réalisé auprès de ses membres sur les ordonnances réformant le Code du travail, dont la version définitive sera présentée ce vendredi en Conseil des ministres.

La grève SNCF paraît être une grève très politique

« La grève SNCF paraît être une grève très politique » a estimé hier matinPierre Gattaz, sur FRANCE INTER. Le patron du Medef a salué les réformes entreprises par le gouvernement. « Des réformes qui aboutiront à un retour à l'emploi », assure-t-il. Selon lui, « les entreprises ont besoin de quatre choses, elles ont besoin d'un marché du travail (…) simplifié, (…) d’une fiscalité attractive qui permette de dégager des marges, pour innover, pour prendre des apprent is, pour former nos salariés, pour exporter (…).