Message d'état

Fonctionne en mode maintenance.

Les défaillances d'entreprises reviennent à leur niveau d'avant crise

Les défaillances d'entreprises reviennent à leur niveau d'avant crise. Sur le premier trimestre, 14.300 défaillances ont été ouvertes, soit une baisse de 8,7 % par rapport au même trimestre de 2017, selon les chiffres de la société Altares que LES ECHOS (page 3) publient en exclusivité. « Ce chiffre est meilleur que ce que nous attendions, commente Thierry Millon, directeur des études chez Altares. De 2009 à 2017, plus de 17.000 entreprises connaissaient une défaillance chaque premier trimestre. Le début de 2017 avait marqué une rupture en tombant sous les 16.000 défaillances. Avec 14.300 jugements prononcés ce premier trimestre, 2018 consolide l'amélioration et se rapproche du premier trimestre 2008. On revient à un niveau d'av ant crise », ajoute ce dernier. Ces chiffres positifs se répercutent sur le nombre d'emplois menacés, qui baisse aussi significativement. Alors que ce chiffre tournait autour de 60.000 emplois menacés globalement chaque premier trimestre dans la décennie 2008-2017 (66.200 il y a trois ans par exemple), on tombe ce trimestre à 44.000, soit un tiers d'emplois sauvés par rapport à 2015.

Sujets similaires

Communication Medef du 21 septembre 2017

Code du travail : ce que disent les DRH de la réforme. Ce n'est ni « la révolution copernicienne » vantée par le gouvernement ni « la casse sociale » que dénoncent certains syndicats. Voilà le message qu'a fait passer mercredi le président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), Jean-Paul Charlez, en présentant un sondage réalisé auprès de ses membres sur les ordonnances réformant le Code du travail, dont la version définitive sera présentée ce vendredi en Conseil des ministres.

La grève SNCF paraît être une grève très politique

« La grève SNCF paraît être une grève très politique » a estimé hier matinPierre Gattaz, sur FRANCE INTER. Le patron du Medef a salué les réformes entreprises par le gouvernement. « Des réformes qui aboutiront à un retour à l'emploi », assure-t-il. Selon lui, « les entreprises ont besoin de quatre choses, elles ont besoin d'un marché du travail (…) simplifié, (…) d’une fiscalité attractive qui permette de dégager des marges, pour innover, pour prendre des apprent is, pour former nos salariés, pour exporter (…).