Message d'état

Fonctionne en mode maintenance.

La grève SNCF paraît être une grève très politique

« La grève SNCF paraît être une grève très politique » a estimé hier matinPierre Gattaz, sur FRANCE INTER. Le patron du Medef a salué les réformes entreprises par le gouvernement. « Des réformes qui aboutiront à un retour à l'emploi », assure-t-il. Selon lui, « les entreprises ont besoin de quatre choses, elles ont besoin d'un marché du travail (…) simplifié, (…) d’une fiscalité attractive qui permette de dégager des marges, pour innover, pour prendre des apprent is, pour former nos salariés, pour exporter (…). Elles ont besoin de trouver les talents, les compétences, ce sont les réformes actuelles, sur l'apprentissage, sur la formation professionnelle, pour qu'on trouve les compétences, les talents, dont nous avons besoin. Et enfin, il faut simplifier cette bureaucratie incroyable, française, autour de 80 codes, 400.000 normes ». Pierre Gattaz appelle à regarder ce qui se fait ailleurs : « qu'importe le courant politique majoritaire, les grands pays qui réussissent sont ceux qui se tournent vers l'entreprise », affirme-t-il. « C'est pourquoi il faut favoriser l'entreprise en France pour réduire le taux de chômage », insiste-t-il. Revenant sur son mandat, le président du Medef rappelle que « nous avons travaillé avec les syndicats pendant 5 ans, nous avons fait sept négociations interprofessionnelles, dont cinq ont été réussies, sur l'AGIRC-ARRCO, sur la retraite, sur l'assurance chômage, et sur la formation professionnelle, très importants, nous avons réussi un certain nombre de négociations sans augmenter le coût du travail, donc les cotisations, et sans augmenter la complexité, donc ça c'était mes deux lignes rouges. Nous avons réussi ». Pierre Gattaz a en outre exprimé son incompréhension face à la grève à la SNCF, « parce qu'essaimée de slogans et de revendications politiques ».

Sujets similaires

Communication Medef du 21 septembre 2017

Code du travail : ce que disent les DRH de la réforme. Ce n'est ni « la révolution copernicienne » vantée par le gouvernement ni « la casse sociale » que dénoncent certains syndicats. Voilà le message qu'a fait passer mercredi le président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), Jean-Paul Charlez, en présentant un sondage réalisé auprès de ses membres sur les ordonnances réformant le Code du travail, dont la version définitive sera présentée ce vendredi en Conseil des ministres.

Une baisse du chômage en demi-teinte

Une baisse du chômage en demi-teinte. Selon les statistiques publiées par le ministère du Travail mercredi, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité (catégorie A) a diminué de 0,9 % dans toute la France (- 32 100) pour s'établir à 3,7 millions de personnes entre janvier et mars, après une baisse de 0,7 % au quatrième trimestre 2017.  Et, bonne nouvelle, cette baisse de début d'année concerne toutes les classes d'âge y compris les jeunes et les seniors qui rencontrent généralement plus de difficultés à retrouver un emploi.