Message d'état

Fonctionne en mode maintenance.

Communication Medef du 21 septembre 2017

Code du travail : ce que disent les DRH de la réforme. Ce n'est ni « la révolution copernicienne » vantée par le gouvernement ni « la casse sociale » que dénoncent certains syndicats. Voilà le message qu'a fait passer mercredi le président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), Jean-Paul Charlez, en présentant un sondage réalisé auprès de ses membres sur les ordonnances réformant le Code du travail, dont la version définitive sera présentée ce vendredi en Conseil des ministres. « C'est une loi qui va dans le bon sens et ce sont des mesures de bon sens », a-t-il résumé. Les membres de l'ANDRH saluent l'assouplissement du télétravail, le barème aux prud'! hommes ou encore l'élargissement de la négociation en entreprise. LES ECHOS page 2.

L’instabilité fiscale freine l’actionnariat salarié en France. La fiscalité mouvante, notamment sur les actions gratuites, perturbe les opérations des entreprises depuis 2012. Le nombre d’opérations d’actionnariat salarié n’a jamais été aussi élevé depuis 2006 et, pourtant, le poids de l’actionnariat salarié diminue année après année. Une des raisons est fiscale, note LES ECHOS (page 25). En 2015, la loi Macron prévoyait une réduction du forfait social payé par les entreprises. Certaines ont commencé à bouger, avant d'annuler subitement leur plan mi-2016 après l'annonce d'une remise en cause du dispositif dans le cadre du Projet de loi de finances 2017. « Nous avons bes! oin d'un environnement réglementaire stable, ce qui n'a pas vraiment été le cas ces dernières années. Or l'incertitude réglementaire est le pire des freins », regrette Jérôme Dedeyan, associé chez Eres, malgré le constat partagé avec l'exécutif de la nécessité de favoriser le financement à long terme de l'économie française.

Sujets similaires

La grève SNCF paraît être une grève très politique

« La grève SNCF paraît être une grève très politique » a estimé hier matinPierre Gattaz, sur FRANCE INTER. Le patron du Medef a salué les réformes entreprises par le gouvernement. « Des réformes qui aboutiront à un retour à l'emploi », assure-t-il. Selon lui, « les entreprises ont besoin de quatre choses, elles ont besoin d'un marché du travail (…) simplifié, (…) d’une fiscalité attractive qui permette de dégager des marges, pour innover, pour prendre des apprent is, pour former nos salariés, pour exporter (…).

Une baisse du chômage en demi-teinte

Une baisse du chômage en demi-teinte. Selon les statistiques publiées par le ministère du Travail mercredi, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité (catégorie A) a diminué de 0,9 % dans toute la France (- 32 100) pour s'établir à 3,7 millions de personnes entre janvier et mars, après une baisse de 0,7 % au quatrième trimestre 2017.  Et, bonne nouvelle, cette baisse de début d'année concerne toutes les classes d'âge y compris les jeunes et les seniors qui rencontrent généralement plus de difficultés à retrouver un emploi.