Message d'état

Fonctionne en mode maintenance.

Communication Medef du 20 septembre 2017

Révolution numérique : le choc de compétences qui attend la France. Un rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi (COE) publié ce mercredi dresse les compétences à développer pour adapter le marché du travail à la révolution numérique et appelle à de profonds changements dans le système de formation. « L'écart entre l'offre et la demande de compétences numériques et scientifiques expertes est significatif et il va croissant », s'alarme le COE. Pour réussir cette quête d'une plus grande expertise couplée à une lutte contre l'illectronisme, le COE en appelle à une « stratégie globale » dans laquelle les partenaires sociaux verraient leurs rôles renforcés. Cela demande n! otamment de pouvoir identifier plus vite les besoins, via un vrai référentiel de compétences partagé. Autre problème à résoudre, les répertoires nationaux des certifications – « incomplets, et peu lisibles » – doivent faire leur aggiornamento. « La lourdeur de notre système ne lui permet pas d'infléchir à temps les politiques des uns et des autres, ni d'actualiser à temps le contenu de toutes les certifications », souligne le rapport. Même constat de carence pour les organismes de prospectives qui travaillent chacun dans leur coin. Ou pour les organismes de formations eux-mêmes, très en retard dans la prise en compte du numérique dans leur pédagogie. Le financement de la formation professionnelle jugé « trop complexe », n'échappe pas à la critique. Pas plus que les nouveaux dispo! sitifs légaux - CEP, CPA ou CPF - à disposition des actifs pour les aider à prendre leur carrière en main. LES ECHOS page 2.

Pourquoi le Ceta est une bonne nouvelle. Le 21 septembre entrera en vigueur l'accord économique et commercial global entre l'UE et le Canada. Selon François-Philippe Champagne, ministre du Commerce international du Canada, et Cecilia Malmström, Commissaire européenne pour le Commerce, il sera fructueux pour les consommateurs. Les citoyens et les entreprises « bénéficieront d'une baisse des prix et d'un choix plus important », notamment parce que, « dès le premier jour, les droits de douane seront supprimés sur 98 % des types de produits », expliquent les deux auteurs. Selon eux, « l'accord aura notamment des répercussions positives sur les petites entreprises, en réduisant leur charge administrative pour exporter. » En outre, « il apportera plus de liberté pour le personnel des entreprises, plus de sécurité juridique dans les services, plus d'opportunités avec la reconnaissance des qualifications », ajoutent-ils. « Notre accord commercial novateur devrait servir de référence pour les futurs accords internationaux. De plus, il protège des éléments tels que les droits des travailleurs et préserve le droit des gouvernements à réglementer dans l'intérêt général », se félicitent les deux auteurs. Par ailleurs, « les inquiétudes et interrogations exprimées ont été intégrées dans les négociations et complètement prises en considération dans la rédaction de l'accord », assurent Franço! is-Philippe Champagne et Cecilia Malmström. Ils estiment enfin que « le repli sur nous-mêmes n'est en aucun cas la bonne réponse. Une partie de la solution réside plutôt dans la conclusion d'accords commerciaux tournés vers l'avenir, à l'image du nôtre ». LE FIGARO page 16.

Sujets similaires

La grève SNCF paraît être une grève très politique

« La grève SNCF paraît être une grève très politique » a estimé hier matinPierre Gattaz, sur FRANCE INTER. Le patron du Medef a salué les réformes entreprises par le gouvernement. « Des réformes qui aboutiront à un retour à l'emploi », assure-t-il. Selon lui, « les entreprises ont besoin de quatre choses, elles ont besoin d'un marché du travail (…) simplifié, (…) d’une fiscalité attractive qui permette de dégager des marges, pour innover, pour prendre des apprent is, pour former nos salariés, pour exporter (…).

Une baisse du chômage en demi-teinte

Une baisse du chômage en demi-teinte. Selon les statistiques publiées par le ministère du Travail mercredi, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité (catégorie A) a diminué de 0,9 % dans toute la France (- 32 100) pour s'établir à 3,7 millions de personnes entre janvier et mars, après une baisse de 0,7 % au quatrième trimestre 2017.  Et, bonne nouvelle, cette baisse de début d'année concerne toutes les classes d'âge y compris les jeunes et les seniors qui rencontrent généralement plus de difficultés à retrouver un emploi.