Message d'état

Fonctionne en mode maintenance.

Les déterminés

Pierre Gattaz, le président national du Medef, était à la maison de l’entreprise de maxéville le 6 avril pour lancer officiellement en Meurthe-et-Moselle “les déterminés”, un dispositif francilien de formation et d’accompagnement de jeunes porteurs de projets décliné pour la première fois hors île-de-France. Seize candidats sont en cours de sélection, la formation débutera le 24 avril. L’occasion pour le patron du Medef de rappeler les valeurs entrepreneuriales, à la veille de la présidentielle cela ne peut pas faire de mal.

“60 % des jeunes aujourd’hui souhaitent devenir entrepreneur. L’Entreprise, c’est la plus belle institution après la famille. C’est un endroit d’épanouissement. Le travail, le capital, la réussite, ce ne sont pas des gros mots. Il est important aujourd’hui de créer de la richesse pour pouvoir la redistribuer.” Le 6 avril au coeur de la Maison de l’Entreprise sur le site Saint-jacques de Maxéville, Pierre Gattaz, le président national du Medef, est en train conquis. Il est venu lancer officiellement l’opération Les Déterminés. Ce dispositif francilien de formation à la culture entrepreneuriale a déjà été présenté en février dans ces mêmes locaux et aujourd’hui il est réellement en ordre opérationnel. “les Déterminés, c’est le maillon manquant de la chaîne d’appui à la création d’entreprise”, assure Christine Bertrand, la présidente du Medef de Meurthe-et-Moselle. “Nous ne sommes pas un organisme supplémentaire. Nous sommes un complément, une passerelle, une nouvelle porte d’entrée pour des jeunes, tous les jeunes de tous horizons qui possèdent au fond d’eux-mêmes cette volonté d’entreprendre”, explique Moussa Camara, le président de l’association Les Déterminés. “L’Humain passe avant le projet ! Le projet est presque accessoire. Ce qui compte, c’est l’individu, sa personnalité, sa détermination.” Seize Déterminés en Meurthe-et-Moselle seront identifiés (les inscriptions peuvent se faire jusqu’au 19 avril sur le site : www.lesdetermines.fr) lors d’une sélection finale le 20 avril prochain dans l’enceinte de la Maison de l’Entreprise de Maxéville.

Du rêve à l’entreprise

Une présélection par entretiens téléphoniques par les membres de l’association aura été préalablement opérée. Huit garçons et huit filles issus des quartiers dits sensibles “mais aussi de tous les autres horizons et notamment des territoires ruraux car il n’y a pas de critères pour être entrepreneur.” Une ouverture, un élargissement total grâce à un écosystème large et des partenaires engagés à l’image de la ville de Vandoeuvre, des territoires du Toulois, du Grand Nancy ou encore du Lunévillois et de leurs missions locales et associations respectives et naturellement de partenaires privés abattant la carte de cette jeunesse entreprenante et prometteuse. Après six semaines de formation à la culture entrepreneuriale, les dispositifs locaux d’accompagnement (à l’image de l’accompagnateur Alexis) prendront le relais. Si le dispositif fonctionne en Meurthe-et-Moselle, “il sera dupliqué dans les autres départements de la région”, a assuré Valérie Debord, vice-présidente du Conseil régionale Grand Est (qui finance l’opération à hauteur de 40%). “Ces jeunes vont pouvoir transformer leur rêve en projet et leur projet en entreprise”, assure Pierre gattaz. Une nouvelle génération d’entrepreneurs est en marche…

Campus des industries technologiques en marche

il devient unes réalité palpable ! Le campus des industries technologiques, au coeur du Pôle formation des industries technologiques sur le site Saint-Jacques de Maxéville, vient de voir sa première pierre posée à l’occasion de la venue le 6 avril de Pierre Gattaz, le président national du Medef. Ce campus va voir la construction d’un hébergement pour 160 jeunes alternants. Les premiers studios seront livrés à la rentrée 2018. A noter que le Pôle Formation sera quant à lui restructuré et agrandi pour augmenter sa capacité d’accueil. les ateliers seront plus spacieux et un amphithéâtre verra également le jour sur le site. Livraison total de l’ensemble : fin 2019.

Sujets similaires

La grève SNCF paraît être une grève très politique

« La grève SNCF paraît être une grève très politique » a estimé hier matinPierre Gattaz, sur FRANCE INTER. Le patron du Medef a salué les réformes entreprises par le gouvernement. « Des réformes qui aboutiront à un retour à l'emploi », assure-t-il. Selon lui, « les entreprises ont besoin de quatre choses, elles ont besoin d'un marché du travail (…) simplifié, (…) d’une fiscalité attractive qui permette de dégager des marges, pour innover, pour prendre des apprent is, pour former nos salariés, pour exporter (…).

Une baisse du chômage en demi-teinte

Une baisse du chômage en demi-teinte. Selon les statistiques publiées par le ministère du Travail mercredi, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité (catégorie A) a diminué de 0,9 % dans toute la France (- 32 100) pour s'établir à 3,7 millions de personnes entre janvier et mars, après une baisse de 0,7 % au quatrième trimestre 2017.  Et, bonne nouvelle, cette baisse de début d'année concerne toutes les classes d'âge y compris les jeunes et les seniors qui rencontrent généralement plus de difficultés à retrouver un emploi.