Message d'état

Fonctionne en mode maintenance.

Denis Renaud, l'importance de l'humain à tous les niveaux

PDG de la pointerie Paté, Denis Renaud est aussi président de l'association Handi 54, un engagement fort qui se double d'une participation au Service public de l'emploi départemental. Denis Renaud met son humanisme au service de la société et de l'emploi.

PDG des Ets Paté (acteur majeur du secteur de la Tréfilerie-pointerie) depuis 1991, Denis Renaud s'est engagé très tôt dans le rôle de mandataire puisque c'est la même année qu'il est élu Conseiller prud'homal au CPH de Lunéville ; mandat qu'il assumera pendant plus de 16 ans, dont 8 ans en tant que président général du CPH.

Dans le même esprit, il rentre au CA du MEDEF Meurthe-et-Moselle en 2000, et succède à Bernard Labbé à la présidence de l'association Handi 54 en 2003. Il considère comme essentiel cet engagement et place cette "mission" en première place de tous ses autres mandats.

Un salarié handicapé est compétent

L'association créée en 1996 déploie son action en trois axes. Le premier, Cap emploi, vise un travail durable (c'est-à-dire de plus de six mois) à des travailleurs handicapés. Le deuxième, Sameth (Solutions actives pour le Maintien dans l'emploi), vise à maintenir dans l'emploi une personne devenue handicapée. Enfin, le troisième et dernier axe vise à empêcher l'éloignement du marché du travail de personnes handicapées "nous voulons maintenir leur employabilité" explique Denis Renaud. "Côté entreprise, nous sensibilisons les sociétés pour qu'elles voient chez la personne handicapée une compétence" relate le président d'Handi 54.

L'association mobilise près de 35 personnes actuellement et permet la réinsertion de 500 individus, souffrant d'un handicap, par an. Les sociétés ont une obligation d'employer 6 % de personnes handicapées, "cela ne doit pas être perçu comme une contrainte, nous proposons des profils très variés avec de nombreuses compétences qui peuvent être des chances pour les entreprises. Celles-ci doivent davantage se mettre en contact avec nous" selon Denis Renaud, pour qui l'emploi est une véritable préoccupation.

Discuter, expliquer et réagir

Le Service public pour l'emploi départemental (SPED), et sa prolongation locale (SPEL), rassemble environ tous les trimestres les acteurs de l'emploi comme les syndicats, les Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte), etc. "Les chiffres de Pôle Emploi nous sont présentés et nous pouvons discuter des différentes initiatives, lesquelles marchent, lesquelles échouent et pourquoi..." relève Denis Renaud, présent à la fois comme président d'Handi 54 et vice-président du Medef Meurthe-et-Moselle.

"L'humain reste important et cela permet de mettre en contact différents acteurs, de créer des rapports de confiance qui peuvent ensuite être mobilisés" évoque le PDG de Paté. Au-delà de cette dimension, l'objectif est de faire gagner l'emploi dans la région et que chaque mesure devienne un levier utile pour l'économie locale.

"On fait remonter des informations aux services de l'État : des contrats doublons inutiles, des aides inappropriées ou une conjoncture qui ne permet pas d'en profiter" explique Denis Renaud. Une mission essentielle dans cette période difficile pour l'emploi en France, qui privilégie le pragmatisme et écarte les dogmatismes.

Sujets similaires

La grève SNCF paraît être une grève très politique

« La grève SNCF paraît être une grève très politique » a estimé hier matinPierre Gattaz, sur FRANCE INTER. Le patron du Medef a salué les réformes entreprises par le gouvernement. « Des réformes qui aboutiront à un retour à l'emploi », assure-t-il. Selon lui, « les entreprises ont besoin de quatre choses, elles ont besoin d'un marché du travail (…) simplifié, (…) d’une fiscalité attractive qui permette de dégager des marges, pour innover, pour prendre des apprent is, pour former nos salariés, pour exporter (…).

Une baisse du chômage en demi-teinte

Une baisse du chômage en demi-teinte. Selon les statistiques publiées par le ministère du Travail mercredi, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité (catégorie A) a diminué de 0,9 % dans toute la France (- 32 100) pour s'établir à 3,7 millions de personnes entre janvier et mars, après une baisse de 0,7 % au quatrième trimestre 2017.  Et, bonne nouvelle, cette baisse de début d'année concerne toutes les classes d'âge y compris les jeunes et les seniors qui rencontrent généralement plus de difficultés à retrouver un emploi.